Rechercher

Pour des naissances respectées

Bienvenue à toutes et à tous !

Ce premier article s’accompagne du lancement de mon site internet ! Je tâcherai d’alimenter régulièrement ce blog, en espérant qu’il soit une source d’inspiration et nous permette de nourrir nos réflexions et discussions autour de la parentalité.


Il y a énormément de sujets passionnants que nous pourrions aborder… Comment choisir ? Pour ce premier billet, j’ai pensé que le sujet de l’accouchement, au sens large du terme, pourrait être un bon point de départ ! Il y a quelques jours de cela, Anna Roy, sage-femme et chroniqueuse de ‘La maison des maternelles’, dénonçait le manque de personnel et de moyens au sein des maternités de France, qui, malheureusement, oblige les sages-femmes à enchainer les patientes s’en pouvoir prendre le temps de faire leur métier comme elles le devraient (pour voir la vidéo, cliquez ici). Elle dénonce alors une ‘maltraitance’ des sages-femmes envers les familles qui se retrouvent souvent livrées à elles-mêmes, face à leurs peurs et sans réponse à leurs questions. Elle a lancé le mouvement #1femme1sagefemme qui a été très largement relayé sur les réseaux sociaux. Anna Roy, Clémentine Sarlat (La Matrescence), Clémentine Galley (Bliss Story), Alisson Cavaillé (TajineBanane), Agathe Lecaron (journaliste) se sont très rapidement associées pour lancer une pétition à destination d’Olivier Véran, Ministre de la santé, afin de « changer la norme, de donner les moyens aux sages-femmes et à leurs collègues de restaurer l'humanité en salle de naissance, en suites de couches, en ville, partout. » Pour lire et signer la pétition, cliquez ici.




Comment en sommes-nous arrivés là ?


Reprenons les choses dans l’ordre. Il y a quelques 10 000 années de cela, avant la socialisation de la naissance, les femmes accouchaient et les bébés naissaient de manière totalement spontanée et naturelle. Nous avons toutes les raisons de penser que les femmes s’isolaient et donnaient naissance à leur enfant seules, sans intervention et sans la présence d’une tierce personne. A ce moment de l’Histoire, l’accouchement était encore considéré pour ce qu’il est, c'est-à-dire un acte physiologique, qui ne peut être contrôlé ou évité (nous reparlerons plus tard du réflexe d’éjection du fœtus). Il y a ensuite eu une émergence progressive de traditions et de rituels autour de la naissance que nous pouvons qualifier de ‘socialisation de la naissance’. Cette socialisation est apparue avec le développement de l’agriculture, point de départ de la domination de la Nature par l’Homme, qui atteint son paroxysme aujourd’hui.


Il y a partout un conditionnement culturel, une socialisation de l’accouchement, qui se traduisent par une volonté de domination de la nature et de contrôle du corps des femmes. La médicalisation n’est qu’une variante moderne de cette socialisation, avec toutefois des moyens beaucoup plus puissants. Dans le passé, on utilisait des herbes. Aujourd’hui, on utilise de l’ocytocine de synthèse ayant des effets bien plus importants sur l’organisme.’ Michel Odent (1)


A partir de cette époque-là, les femmes n’ont plus accouché seules et ont commencé à s’entourer d’une figure maternelle appartenant à leur famille ou à leur communauté. La matrone a longtemps été présente aux côtés des femmes dans les campagnes. Elle était choisie par la communauté en fonction de la confiance qu’elle inspirait. Mais, sans le savoir, cet ‘entourage’ a contribué à dénaturer l’accouchement comme ‘acte physiologique’. En effet, pour enfanter, la femme a un besoin absolu d’intimité. Elle ne doit être ni observée ni stimulée pour pouvoir lâcher-prise et laisser faire les choses. Car, oui, le corps de chaque femme sait exactement ce qu’il a à faire pour mettre au monde un bébé et n’a besoin d’aucun conseil et d’aucune aide. Chaque cellule de notre organisme sait. Nous avons été programmées pour enfanter et notre simple présence sur la Terre en témoigne… Quoi qu’il en soit, à ce moment-là, l’accouchement était encore ‘une affaire de femmes’ et il se déroulait malgré tout dans un espace d’intimité, c’est-à-dire à la maison.

Et puis avec l’industrialisation, et son besoin toujours plus grand de domination, l’Homme a continué à se moderniser et à progresser dans de multiples domaines. Les progrès en médecine ont été fulgurants au 20ème siècle et ont permis, entre autres, d’allonger considérablement l’espérance de vie. Mais, malheureusement, l’ampleur de ces progrès est aussi corrélée à la montée de la domination masculine et au développement toujours plus puissant du patriarcat dans nos sociétés modernes. Alors, concrètement, qu’est-ce que cela signifie pour les femmes en âge d’enfanter ? D’un côté, les progrès de la médecine ont permis de sauver des vies dans certaines situations dites ‘à risque’ mais de l’autre la grossesse et l’accouchement ont commencé à être considérés comme pathologiques et non plus physiologiques. Par ailleurs, les hommes se sont emparés de l’univers des naissances jusqu’alors très largement réservé aux femmes. Michel Odent parle très bien des avancées techniques et technologiques spectaculaires qui ont vu le jour à partir des années 50. C’est ainsi que les femmes ont commencé à être dominées dans leur enfantement. Les naissances à la maison ont laissé place aux naissances à l’hôpital comprenant entre autres : position gynécologique, ventouses, forceps, épisiotomie, césarienne et plus tard monitoring et péridurale. Le besoin absolu d’intimité de la femme en train d’enfanter a été complètement opprimé et les femmes ont été traitées comme des ‘incapables’, incapables d’accoucher en sécurité sans l’intervention d’un corps médical compétent.


Et les sages-femmes dans tout ça ?


Le métier de sage-femme existe depuis plusieurs siècles (nous avons évoqué la matrone, qui peut être considérée comme son ancêtre) mais il existe à ce jour peu de témoignages et données officielles les concernant. Anciennement, les sages-femmes pratiquaient leur métier en libéral et accompagnaient les familles à domicile. Puis les avancées sociales et technologiques de la deuxième partie du 20ème siècle ont considérablement transformé la profession obligeant les sages-femmes à rejoindre les maternités en tant que salariées.


‘Les sages-femmes gagnent en technicité mais perdent en autonomie. […] Petit à petit, les protocoles s’installent pour rationaliser le temps et les prises en charge. Même si les derniers plans de périnatalité évoquent largement cette question, les conditions de suivi et de la surveillance de la grossesse, de l’accouchement et du suivi post natal accentuent la surmédicalisation.


Aujourd’hui, 99% des accouchements ont lieu à l’hôpital et 75 % sous péridurale. Pourtant, 1 femme sur 4 n’est pas satisfaite de ces conditions et se sent dépossédée de son accouchement. Mais la logique sécuritaire peut-elle être compatible avec l’éthique ? Les sages-femmes manifestent contre cette déshumanisation, contre l’idée de rentabilité et d’efficacité au détriment de l’affect, de l’émotion et parfois même de la bientraitance.’ (2) #1femme1sagefemme


Alors, bien évidemment, il ne s’agit pas ici de dénigrer les progrès fabuleux de la médecine qui ont permis de réduire, dans certains cas particuliers, la mortalité maternelle et infantile. Mais, aujourd’hui, nous atteignons les limites de la domination de la Nature. Cela s’exprime dans tous les domaines de notre vie et il est urgent de protéger ce que nous avons de plus précieux : la naissance. Car la sauvegarde de l'Humanité commence avant tout par cela ! Alors il est grand temps pour l’Homme de faire un pas en arrière et de considérer à nouveau la naissance pour ce qu’elle est : un acte physiologique, normal, sécuritaire qui ne requiert, dans la grande majorité des cas, que le respect de l’intimité.



#accouchement #naissance #enfantement #grossesse #maternité #parentalité #physiologie #accouchementphysiologique #1femme1sagefemme #parents #parentalité #périnatalité #accompagnantealanaissance #préparationàlanaissance #doula #familydoula #sagefemme


Sources:


(1) http://marieaccouchela.net/index.php/2014/09/03/michel-odent-cest-la-science-qui-fera-evoluer-les-conditions-daccouchement/


(2) http://www.ordre-sages-femmes.fr/etre-sage-femme/histoire-de-la-profession-3/



  • Instagram
  • Facebook

©2020 par Family Doula. Créé avec Wix.com